Les potagers de choux

Un traceur biologique en veille sur l'Ecosite

Le Groupe Semardel a souhaité développer ces dernières années la culture du chou sur les potagers de l’Ecosite comme traceur biologique autour de ses unités de traitement.

Le chou est en effet un témoin des plus vigilants concernant toute source de pollution. Ce végétal a été sélectionné pour trois critères principaux : sa taille offre une surface de prélèvement importante, sa croissance lente et à l’air libre garantit des mesures fiables de concentration, et enfin, comestible par l’homme, il devient le parfait témoin approprié à la surveillance.

Après six mois en terre, les choux sont prélevés et soumis à différentes analyses. Celles-ci sont effectuées par un laboratoire indépendant et agréé et portent sur les dépôts en poussières recueillis en surface du légume. D’autres choux sont ensuite plantés pour remplacer ceux cueillis.

La poursuite de ses engagements en faveur de l’environnement : Conformément à la volonté du Ministère de l’Environnement de mieux cerner les conséquences environnementales des incinérateurs, c’est dès 2004 qu’une première parcelle de choux a été mise en place sur l’Ecosite, à proximité de l’unité. Plusieurs vagues successives d’analyses avaient alors été menées sur le chou, révélant des taux de concentration en polluants très inférieurs aux seuils de détection analytique du laboratoire. Dans le cadre de suivi continu de l’impact des ses activités sur l’environnement, le Groupe Semardel s’est engagé depuis sur  cette opération en cultivant des choux sur de nouveaux potagers en partenariat avec plusieurs communes riveraines.