Notre histoire

L’histoire de Semardel est intimement liée à celle de son territoire : l’Essonne, ses évolutions démographiques, sa densification et le changement des modes de consommation. A un moment où l’Essonne ne savait plus comment traiter ses déchets, elle a été créée par des élus s’appuyant sur un Etat stratège.

Depuis sa création le 6 novembre 1984, Semardel (Société d’Economie Mixte d’Actions pour la Revalorisation des Déchets et des Energies Locales) s’est développée. Pour proposer au territoire une offre multi-services de collecte et de valorisation maximale des déchets avec maîtrise des coûts financiers et environnementaux. 550 collaborateurs contribuent à l’essor d’une économie circulaire locale.

Retrouvez ci-dessous les grandes étapes de l’histoire de SEMARDEL :

Le contexte, les années 60 à 80

En 1957, le SIAFDOM (ex SIREDOM) est créé pour maîtriser l’exploitation de la décharge de Montaubert. Des années 60 aux années 80, L’Essonne connaît un fort développement urbain couplé à l’essor de la société de consommation : des déchets en croissance et une pénurie d’exutoire. En 1983, La décharge de Montaubert (une ancienne carrière) utilisée par 119 communes de l’Essonne est saturée.

1983 : une loi pour l'économie mixte

En 1983, devant cette impasse et face à la menace de la multiplication de décharges non contrôlées, le Préfet Michel L’Huilier préconise aux élus la création d’une société d’économie mixte pour réaliser une installation de valorisation de déchets s’appuyant sur la loi du 7 juillet 1983 relative aux sociétés d’économie mixte locales. Les élus relèvent le défi.

Ainsi, naît, le 6 novembre 1984, Semardel (Société d’Economie Mixte d’Actions pour la Revalorisation des Déchets et des Energies Locales) par la décision de 9 collectivités, 2 syndicats et des acteurs privés ou institutionnels. En 2015, les actionnaires (SIREDOM, SIOM (Vallée de Chevreuse), Département de l’Essonne, Coeur d’Essonne, Val d’Essonne, Epinay-sur-Orge, Fleury-Mérogis, Grigny, Juvisy-Sur-Orge, Morigny-Champigny, Sainte-Geneviève-des-Bois, Caisse des Dépôts et Consignations, CCI et SOREC) renouvellent leur engagement à œuvrer ensemble. Ils sont rejoints par le SYCTOM de Paris en 2016, la communauté d’agglomération Grand Paris Sud en 2018 et la communauté d’agglomération Paris Saclay en 2019 tout comme les acteurs privés EDF (via sa filiale SAFIDI) et REMONDIS.

1984 : une SEM au service du territoire

L’entreprise compte à son capital l’ensemble des acteurs publics et privés concernés. L’objectif est double : créer une nouvelle décharge (Braseux) mais surtout un centre de tri des déchets ménagers recyclables et une usine d’incinération des déchets pour produire de l’énergie : le futur CITD de Vert-le-Grand.

Dès le début : la collecte

En parallèle de la valorisation des déchets, Semardel a voulu développer une forte activité de collecte et de logistique en s’adaptant à toutes les évolutions réglementaires et technologiques. D’ores et déjà, 30% de sa flotte roulent avec des moteurs au Gaz Naturel pour Véhicules. Gaz qui est, depuis 2018, issu de ses propres installations de valorisation.

1985 : le centre de stockage de Braseux

Semardel met en place le centre d’enfouissement technique de Braseux, la première installation de stockage de déchets non dangereux en France à être équipée d’une membrane de protection de la nappe phréatique. Le centre de stockage est complété par le site de Mont-Mâle en 2014.

1993 : les déchets verts

Semardel exploite une plateforme de valorisation des déchets végétaux sous forme de compost. En outre, elle produit du bois de paillage et alimente des chaufferies biomasse du secteur. Elle dispose également d’une plateforme de tri des déchets du BTP et recycle les matériaux de construction à Ballancourt.

1999 : le CITD de Vert-le-Grand

Après 3 ans de travaux, Semardel met en service le CITD (Centre Intégré de Traitement de Déchets) pour le compte du Siredom. Première installation en France à rassembler un centre de tri de déchets ménagers recyclables, une unité de valorisation énergétique des déchets et une unité de valorisation des produits issus de l’incinération : mâchefers et métaux ferreux et non ferreux.

2005 : le biogaz

Semardel valorise le biogaz produit dans le centre de stockage grâce à des moteurs qui transforment le gaz en électricité.

2012 - le tri des déchets d'activités économiques et des encombrants

Inauguration du centre de tri de déchets d’activités économiques capable de valoriser les flux de déchets professionnels mais aussi des décheteries (tout venant, meubles en fin de vie, etc.) en nouvelles matières premières et en Combustible Solide de Récupération pouvant alimenter des installations énergétiques (chaleur, froid et electricité).

2018 - l'injection du biométhane dans le réseau

Semardel première entreprise d'Île-de-France a injecté du biométhane issu d'un centre de stockage de déchets dans le réseauNouvelle plateforme de valorisation du biogaz pour améliorer la production électrique et permettre d’injecter du biométhane dans le réseau de GRDF : une première en Île-de-France. Du biométhane qui alimente la flotte de Semardel dont 30% roule d’ores et déjà au Gaz Naturel pour Véhicules pour l’activité de collecte, logistique et propreté urbaine.

2019 - la modernisation du CITD de Vert-le-Grand

Semardel remporte le contrat d’exploitation du Centre Intégré de Traitement de Déchets de Vert-le-Grand pour le Siredom. Ce nouveau contrat de 18 ans s’accompagne de travaux pour répondre aux nouveaux enjeux du territoire en développant les performances de l’outil pour toujours mieux servir l’habitant, dans les meilleures conditions
environnementales, humaines et financières.

L’enjeu : répondre aux besoins des habitants du Siredom pour les 18 prochaines années.

La suite de l’histoire avec nos équipes au quotidien et notre plan de développement pour toujours mieux valoriser vos déchets en nouvelles ressources : produire, faire pousser, alimenter, chauffer, éclairer…

Plan de développement 2017 – 2021